L’ONU exhorte à repenser l’approche fondamentale envers le Myanmar.

L’ONU exhorte à repenser l’approche fondamentale envers le Myanmar.

La crise au Myanmar s’aggrave malgré un plan de paix de l’ASEAN

Le plan de paix de l’ASEAN, qui avait été convenu avec le chef du coup d’État militaire du Myanmar, le général Min Aung Hlaing, n’a pas progressé depuis sa mise en place. Thomas Andrews, le rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits de l’homme au Myanmar, a déclaré que le monde doit reconsidérer son approche fondamentale de la crise. Le plan de l’ASEAN appelait à la fin immédiate de la violence, à un accès humanitaire sûr et à un dialogue inclusif pour rétablir la paix, mais l’armée n’a montré aucune volonté de le mettre en œuvre.

Depuis lors, le gouvernement militaire a intensifié ses efforts pour éradiquer l’opposition à son régime et a été accusé d’attaques indiscriminées qui pourraient constituer des crimes de guerre. Plus de 1,5 million de personnes ont été forcées de quitter leur domicile, selon l’ONU. Les affrontements avec les groupes armés connus sous le nom de Forces de défense du peuple, parfois en collaboration avec des groupes armés ethniques qui se battent contre l’armée depuis des décennies, se sont également intensifiés. Selon un groupe de surveillance local, 3 679 personnes ont été tuées et des milliers d’autres emprisonnées.

Andrews a déclaré que l’ASEAN ne devrait pas inviter les militaires du Myanmar à des réunions diplomatiques de haut niveau, car cela risquerait de donner une légitimité au coup d’État. L’ASEAN a interdit aux généraux du Myanmar de participer à ses sommets après leur échec à mettre en œuvre le plan en cinq points. Le Myanmar a rejoint le groupe sous un régime militaire précédent en 1997.

Discorde au sein de l’ASEAN

La visite d’Andrews en Indonésie, qui assure actuellement la présidence de l’ASEAN, a coïncidé avec des signes de discorde au sein du groupe de 10 membres sur la manière de traiter le Myanmar après que le gouvernement sortant de la Thaïlande ait organisé des pourparlers lundi visant à “réengager pleinement” avec l’armée. La Malaisie et l’Indonésie ont boycotté la réunion, tandis que Singapour a déclaré que de tels pourparlers étaient prématurés.

Share this post :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Create a new perspective on life

Your Ads Here (365 x 270 area)
Latest News
Categories

    Subscribe our newsletter

    Purus ut praesent facilisi dictumst sollicitudin cubilia ridiculus.