10.5 C
Paris
mercredi, février 28, 2024

All Blacks et Springboks en lice pour la suprématie mondiale en finale de la Coupe du Monde

Rugby World Cup : ‌L’Afrique ⁣du Sud et la Nouvelle-Zélande en lice pour leur quatrième titre

Samedi,‍ au Stade de France à Saint-Denis, en banlieue de Paris, les trois fois champions de ​la Coupe⁣ du Monde de ⁣rugby, l’Afrique du Sud⁤ et la Nouvelle-Zélande, auront l’occasion de remporter ⁢leur quatrième titre. Il⁤ s’agit d’une confrontation tant attendue entre deux rivaux de longue​ date de l’hémisphère sud, chacun ayant connu des trajectoires différentes dans la compétition de 2023.

La “bomb squad” mythique de l’Afrique du Sud sera une fois de plus déployée ⁢lors de leur ‍finale‌ de la Coupe du Monde contre la Nouvelle-Zélande ‍samedi. Cette​ équipe de remplaçants spécialement ‌sélectionnés a mérité ⁤son surnom ⁤en raison de sa capacité à changer la trajectoire du match ou à renforcer la prise des Springboks sur leurs adversaires. Le ‍cerveau derrière cette “bomb squad”, ​le⁤ directeur du rugby sud-africain ​Rassie Erasmus, a rapidement fait appel à son arme secrète lors du ⁤quart de finale contre la France. L’équipe⁣ a ⁣commencé ⁢à entrer ⁤sur⁣ le terrain à la​ 45e minute et n’a pas tardé à influencer le cours du match. Le ‍pilier ‌Ox Nche est entré en jeu à la 51e minute et a ‍joué un rôle essentiel dans les mêlées. La situation s’est répétée⁢ une semaine plus tard lors de la demi-finale contre l’Angleterre.

Pour affirmer leur domination physique en finale, les Springboks ont fait entrer en jeu le deuxième ⁣ligne Jean⁣ Kleyn et le troisième ligne Jasper Wiese parmi‌ leurs huit remplaçants. Au‌ total, sept avants‌ seront sur le banc, dont le pilier Trevor Nyakane, qui fait son retour dans l’équipe. Le seul arrière sur le​ banc, le polyvalent Willie Le Roux,‍ est capable de jouer à‌ plusieurs postes si nécessaire. Ces choix reflètent ‍le désir du champion du monde⁢ en titre de dominer les⁤ mêlées ⁢et les rucks et de priver les All Blacks d’opportunités​ d’attaque.

Cette stratégie s’est​ déjà avérée⁢ fructueuse, puisqu’ils ont infligé à l’équipe néo-zélandaise sa plus lourde défaite de tous les temps le 25 août à Londres, ⁢en battant les All Blacks 35-7. Réduits à 14 après l’expulsion de Scott Barrett à la 39e minute,‍ les All Blacks n’ont ⁢pas pu endiguer la vague des avants sud-africains,‍ qui ont marqué quatre essais.

La déroute ne ‍manquera pas d’inspirer des‍ craintes – voire de semer la terreur – parmi les All Blacks alors qu’ils affrontent leurs ‌ennemis jurés en finale de‌ la Coupe du Monde.

Derniers articles
Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici