17.7 C
Paris
dimanche, avril 14, 2024

La Malaisie assouplit les règles du visa de résidence pour retraités

Le‍ ministère du Tourisme, des Arts et de la Culture de la Malaisie a dévoilé une version remaniée du programme Malaysia My‍ Second Home (MM2H) ‍le 15 décembre, introduisant une structure à trois niveaux ‍ainsi que des exigences financières mises à jour.

Le⁢ nouveau comptoir MM2H a⁢ ouvert ses portes à Putrajaya‍ le 18 décembre. (Photo : Facebook/Kementerian Pelancongan, Seni dan Budaya Malaysia)

Le programme MM2H, qui permet aux étrangers de vivre ⁢en Malaisie à⁣ long terme, a été modifié​ pour attirer davantage de retraités étrangers. Cependant, les annonces partielles ont‌ incité⁢ de nombreux étrangers ⁢fortunés à attendre avant de prendre une décision.

Le programme MM2H a été⁢ lancé en 2002 pour attirer des étrangers fortunés en Malaisie. Il ⁤leur permet de vivre dans le pays avec‍ leur famille pendant une durée indéterminée. Cependant, le programme a été suspendu en 2020 en raison de la pandémie⁣ de COVID-19.

Le nouveau programme ‍MM2H propose trois catégories de visa, chacune avec des exigences financières‌ différentes. Les candidats doivent désormais ⁤déposer un montant minimum ⁢de 40 000 dollars malaisiens (environ 9 600 dollars américains) dans une banque malaisienne, contre 90 000 dollars malaisiens (environ⁤ 21 600 dollars américains) auparavant.

Le gouvernement malaisien a également réduit le montant minimum ‌de⁢ revenu mensuel requis pour les candidats de moins⁣ de 50 ans, passant de 10 000 dollars malaisiens (environ 2‌ 400 dollars américains) à 5 000 dollars malaisiens (environ ‍1 ‌200 dollars américains).

Ces changements visent à rendre le programme MM2H‍ plus attrayant pour les ​étrangers fortunés, mais‍ les annonces partielles ont semé la ⁢confusion et incité de nombreux candidats ⁣potentiels à ‌attendre avant de soumettre leur demande.

Le programme‍ MM2H ‌est un moyen pour la Malaisie d’attirer des étrangers fortunés et de stimuler son économie. Cependant, les ⁢annonces partielles ont ⁢suscité des inquiétudes quant à ‍la stabilité du programme, ce qui a incité de nombreux étrangers fortunés à attendre avant de prendre une décision.

La Malaisie assouplit les règles pour le visa de résidence à la retraite, mais l’annonce morcelée retient les ⁢riches étrangers

Malaysia a récemment annoncé des changements dans les règles du programme de visa⁢ de résidence à la retraite Malaysia My Second Home (MM2H) pour attirer les riches⁤ étrangers à s’installer dans le pays. Cependant, cette annonce morcelée a eu pour effet de retenir les riches étrangers, qui hésitent à investir dans des⁢ propriétés en raison de ‌l’incertitude​ entourant​ les nouvelles règles.

Le programme MM2H a été lancé en 2002 pour⁢ attirer les étrangers fortunés à s’installer en Malaisie en échange d’investissements importants dans le pays.⁣ Les changements récents ‍apportés au programme comprennent des exigences plus strictes en matière de revenus, des dépôts plus élevés et des restrictions sur l’achat de⁤ biens immobiliers.

Les autorités malaisiennes ont déclaré que ces changements visaient⁣ à renforcer le programme MM2H et à attirer des investisseurs plus qualifiés. Cependant, les riches ​étrangers ont ⁢exprimé⁤ leur mécontentement ⁢face à ces nouvelles règles, affirmant qu’elles rendent le programme moins attrayant et plus contraignant.

En conséquence, ⁢de nombreux riches étrangers ont ⁤reporté leurs ‌projets d’investissement en Malaisie, ce qui a eu⁣ un impact négatif sur le marché immobilier ‍du pays. Les agents immobiliers ont signalé une baisse des ventes de propriétés ⁤à des étrangers ⁣fortunés, ‍ce qui a entraîné une diminution des investissements étrangers dans le secteur immobilier malaisien.

Les autorités malaisiennes ⁢ont depuis tenté⁤ d’apaiser ⁤les inquiétudes des riches étrangers en assurant qu’elles prendraient en compte leurs préoccupations et qu’elles travailleraient à assouplir certaines des nouvelles règles. Cependant, il est clair que l’annonce morcelée des changements au programme ⁣MM2H ‍a ‌eu un ⁤impact négatif sur la volonté ‌des riches étrangers à investir en Malaisie.

En conclusion, bien que la Malaisie ait cherché à renforcer son programme de visa de résidence ‌à la retraite ⁣pour attirer des investisseurs ⁢plus qualifiés, l’annonce morcelée des changements a eu pour effet de retenir⁢ les riches étrangers. Il est essentiel que les autorités malaisiennes⁤ prennent des mesures pour ⁢apaiser les inquiétudes des investisseurs étrangers‌ et pour assouplir les nouvelles règles afin⁢ de stimuler les investissements étrangers dans le ‍pays.

Le gouvernement malaisien a récemment assoupli‌ certaines exigences de son programme de visa de‌ résidence pour retraités​ dans le but d’attirer des étrangers⁤ fortunés. Cette initiative a suscité un vif intérêt parmi ceux qui sont désormais ⁣éligibles pour le programme, mais beaucoup ont déclaré qu’ils attendaient toujours avant de déposer une demande formelle. En effet, le gouvernement n’a pas encore annoncé la liste⁢ complète des exigences pour le programme Malaysia My Second Home (MM2H) révisé.

Certains se demandent également s’il y aura des changements aux conditions clés, tels⁢ que le revenu minimum provenant de l’étranger et les actifs liquides minimum, qui étaient, selon certains, les “plus grands obstacles” dans la version précédente du programme ⁣MM2H.

Le ministère ​du Tourisme, des Arts et de la Culture (MOTAC) a dévoilé une version revue du programme MM2H le 15 décembre, introduisant une ⁣structure à trois niveaux⁣ ainsi que des exigences financières mises à jour. Les nouvelles lignes directrices prévoient plusieurs changements aux critères d’éligibilité, notamment le montant du dépôt à terme nécessaire pour la catégorie la ⁣plus basse, ainsi⁢ que l’âge minimum des ⁤demandeurs, ce qui, selon les experts, élargira considérablement le champ des étrangers éligibles.

Il est à noter‍ que le gouvernement malaisien n’a pas encore publié la liste complète des exigences pour le programme ​MM2H révisé, ce qui suscite​ des interrogations et des attentes parmi les étrangers intéressés par ce programme.

Le directeur général d’Alter Domus, M. Ch’ng Toh Gee,⁤ une agence‌ agréée qui gère les‌ demandes de ⁢MM2H, a déclaré à CNA qu’il avait ​reçu “des milliers de demandes” et “des‍ centaines de demandes potentielles” depuis l’annonce. Cependant, il a précisé⁣ que les demandes ne peuvent‌ pas⁤ encore ‌être finalisées car ‍le MOTAC n’a pas encore annoncé l’ensemble ​des conditions⁤ pour la nouvelle⁣ version du MM2H et que l’agence ne sait pas quand ‌ces informations seront publiées.

“Dans les nouvelles ‌exigences du MM2H, ‌il n’est ⁣pas question de revenu minimum, pas de mention d’actifs liquides, ​pas de mention de ​la manière de soumettre un document et où le soumettre et combien de temps pour⁢ obtenir l’approbation”, a ⁤déclaré M. Ch’ng.

“Personne ne sait encore‌ comment tout cela se passera. Nous devons attendre de voir”,‌ a-t-il ajouté.

Le programme MM2H, introduit en 2002, est un ⁤programme de visa‍ à‍ long⁣ terme pour les étrangers souhaitant acheter un bien immobilier et résider en Malaisie. Il a été temporairement⁢ interrompu en août⁣ 2020 en attendant un ‌examen⁤ par le‍ gouvernement malaisien, dirigé à ​l’époque par le Premier ministre Muhyiddin Yassin.

En septembre 2021, le ministre de l’Intérieur de l’époque, Hamzah Zainudin, a annoncé que le programme serait réactivé avec⁣ des conditions plus strictes, selon ce qui a été plus tard qualifié de critiques.

M. Hamzah a annoncé que les participants devraient⁣ avoir un ⁤revenu mensuel offshore d’au moins 40 000 RM (9 600 $ US), contre 10 000 RM précédemment. Ils devaient également avoir un dépôt fixe de 1 million de RM, contre ⁣les conditions précédentes⁣ de 150 ⁣000 ⁣à 300 000 RM. De ‌plus, les demandeurs de MM2H devaient prouver‌ la ​propriété d’actifs liquides⁤ d’au moins 1,5 million de RM.

De nombreux observateurs ont déclaré que les conditions alors fixées disqualifiaient de nombreux étrangers à revenu moyen et ne qualifiaient que les​ personnes ultra-riches,⁣ le gouvernement signalant⁢ une baisse‌ de 90 % du nombre de⁢ demandeurs.

Parmi les critiques ⁤figurait le souverain ‌de Johor, Sultan ‌Ibrahim Sultan Iskandar, qui a déclaré que la⁣ réticence du ministère à ​revoir ‍les critères était⁢ “déconcertante et scandaleuse”.

M. Ch’ng a déclaré à CNA : ‌”Les conditions du MM2H (fixées en 2021)‍ ont été mises en place sans aucune réflexion. C’était‌ un geste arbitraire.”

“Les ultra-riches ne viendraient même pas en Malaisie, ⁢ils iraient plutôt au​ Royaume-Uni, etc.,⁣ donc les demandes sont tombées ⁢à presque zéro”, a-t-il ajouté.

La dernière version du MM2H dévoilée par le ministre du Tourisme, des Arts et de la ⁣Culture, Tiong King Sing, ⁤la semaine dernière, a ravivé l’intérêt pour le programme.

Cependant, ​les étrangers​ et ⁢les agences ont exprimé leur déception quant à l’annonce‌ qui semblait incomplète, surtout compte tenu de l’anticipation qu’elle a suscitée.

Malaisie

NOUVELLES DEMANDES EN ATTENTE‍ EN RAISON DE L’ABSENCE DE CRITÈRES

Rebecca⁤ Spencer, citoyenne ‌du Royaume-Uni, a déclaré à CNA ⁢qu’elle et son mari avaient suivi de près les développements en Malaisie concernant⁢ les mises⁣ à jour sur​ la situation du MM2H, car le couple​ envisage de prendre leur retraite à Kuala Lumpur‍ si les conditions étaient assouplies.

La ‍femme⁢ de 48 ans a déclaré que depuis la fin des élections générales en ⁤Malaisie il y a un an et la nomination de ‌M. Anwar Ibrahim au poste de Premier ministre pour diriger un gouvernement ⁢d’unité, des développements optimistes ont eu lieu à cet égard.

En présentant le budget national ⁣2024 en octobre, M. Anwar, qui est également ministre des Finances, a déclaré que le gouvernement avait ⁢accepté‌ de assouplir les exigences du programme MM2H pour stimuler l’afflux de touristes et d’investisseurs étrangers en Malaisie.

De plus, le 4 décembre, M. Tiong a⁣ promis que le programme MM2H révisé serait annoncé à⁢ la mi-décembre après un “examen approfondi”.

Mme Spencer a déclaré à CNA qu’elle estimait qu’il y avait des “lacunes évidentes” dans l’annonce du MOTAC le 15 décembre et que les critères de revenus et d’actifs bruts manquaient cruellement.

“Ce sont les deux ⁤conditions qui‍ se sont révélées être les plus grands obstacles sous les anciens critères, donc c’est un peu déconcertant pourquoi ils ​ne les ont pas ​clairement énoncés cette ⁣fois-ci”, ​a-t-elle déclaré.

Mme Spencer a ajouté que, étant donné qu’elle et son ⁣époux étaient retraités et ‍dépendaient principalement des dividendes de leurs investissements comme source de revenus, l’exigence de 40 000 RM par mois en vertu des anciens critères disqualifierait leur demande.

“Il est très peu probable que les retraités soient ⁤admissibles, même en tenant compte de facteurs tels que la ⁤pension.‍ Nous espérions un chiffre beaucoup plus bas ou la suppression complète de cette condition. Mais telles qu’elles sont, nos ⁢demandes sont bloquées”, a-t-elle ajouté.

Andy Davison, fondateur et directeur général de The Expat Group ‍(TEG), une organisation médiatique basée à Kuala Lumpur qui est également autorisée à traiter les demandes de MM2H, a déclaré à CNA que, en apparence, les nouvelles exigences du MM2H “semblent être une amélioration” car elles élargissent le champ des‍ étrangers admissibles.

Cependant, il a ajouté qu’il y avait une incertitude persistante sur les critères de revenus et que lorsque son équipe a vérifié auprès‍ du MOTAC, ils n’ont reçu aucune⁢ réponse⁣ concrète ou confirmation.

“Il manque des éléments et s’ils vont avoir une exigence de revenu minimum, je suppose, et j’espère, qu’elle sera beaucoup plus basse”, a ⁢déclaré M. Davison.

“Mais rien n’a été dit concernant le revenu. Donc je ne sais pas où ils l’ont abandonné ou s’il y a simplement eu une omission dans ⁤l’annonce… nous essayons toujours de le ⁣découvrir”, a-t-il ajouté.

CNA a demandé au MOTAC s’il ⁢y a des changements dans les conditions du MM2H concernant le revenu offshore et les actifs fixes, et le cas ‍échéant, quand ‍seront-ils annoncés.

L’annonce des conditions révisées du MM2H a également été suivie de près ​par certains Singapouriens qui possèdent déjà des biens immobiliers en Malaisie.

De nombreux Singapouriens possèdent⁢ une deuxième propriété dans la partie sud de la péninsule⁢ malaisienne,‌ à Johor et Melaka, car⁤ le coût​ des ⁣biens immobiliers et des appartements en copropriété ⁤y est relativement moins cher qu’à Singapour.

Leur propriété serait également plus accessible que ‌les ‌maisons dans​ la vallée de Klang ou à Penang, car elles se trouveraient à moins de deux heures en voiture du pont ⁢de la Causeway.

Une ‌Singapourienne qui possède⁤ une maison en rangée à deux étages ‍à ​Taman Adda Heights, Johor Bahru, et qui voulait être connue uniquement sous le⁣ nom de Mme Dyana, a déclaré à ‌CNA qu’elle et son mari envisageaient de demander le​ MM2H après n’avoir pas pu ⁤accéder‍ à leur maison pendant⁣ la pandémie de COVID-19 en​ raison des‍ restrictions aux frontières.

Avant la COVID-19, le couple entrait en Malaisie via des visas de visite sociale pour visiter leur maison de week-end achetée en 2018. Un visa de visite sociale est un visa à court terme généralement⁣ accordé aux

Conditions⁢ MM2H plus accessibles pour les professionnels à revenu moyen

Les touristes étrangers qui souhaitent séjourner en Malaisie ⁤pour une période​ prolongée peuvent désormais⁣ bénéficier de conditions plus souples pour ‍le programme ‌Malaysia My Second Home (MM2H). Ces nouvelles conditions sont susceptibles‍ d’attirer davantage de professionnels à revenu moyen de pays tels que Singapour, la⁣ Chine, le Royaume-Uni,⁤ les États-Unis et la Corée du Sud.

Les conditions précédentes exigeaient un dépôt fixe de‌ 1​ million de RM⁣ auprès du gouvernement malaisien, mais ce montant a été réduit à 500 000 RM en vertu des⁢ dernières exigences. Les titulaires du MM2H sont‍ autorisés à retirer un maximum de 50 % de ce dépôt un an après ‍l’approbation de leur demande, pour l’achat de biens immobiliers ou⁢ pour des dépenses liées à la santé ou à l’éducation en Malaisie.

Les⁣ voyageurs⁢ touristiques n’étaient pas ⁤autorisés à entrer ​en Malaisie pendant la pandémie, en raison de l’Ordre de contrôle des déplacements imposé ⁤par le⁢ gouvernement. Cela a incité certains étrangers à envisager de demander⁢ un ⁣visa MM2H pour pouvoir accéder à leur domicile et séjourner plus⁤ longtemps‍ à Johor Bahru sans craindre ‍l’expiration de leur visa.

Cependant,‍ les conditions actuelles de 40 000 RM de revenus à l’étranger et de 1,5 million de RM d’actifs fixes pour chaque individu ont disqualifié certains candidats. Ces exigences élevées ⁢rendent difficile pour de nombreux‌ Singapouriens à revenu moyen⁤ de se qualifier ⁣pour le programme. Il ‌est ​donc espéré que le gouvernement annoncera bientôt des exigences​ beaucoup moins‍ contraignantes.

Les​ étrangers qui séjournent dans des propriétés malaisiennes ⁤pendant de longues ‍périodes sans visa à long terme risquent de contrevenir aux‌ lois sur l’immigration⁤ et pourraient se voir interdire l’entrée dans le pays. ‌Selon ⁣les lois malaisiennes, les étrangers ⁤sans visa à long terme ne sont pas autorisés à rester en ​Malaisie plus longtemps que la durée pendant laquelle ils séjournent à l’extérieur du pays.

Il est donc⁣ recommandé aux propriétaires de biens immobiliers de demander le MM2H pour ​éviter tout ⁢problème avec la loi et bénéficier d’une tranquillité d’esprit.

Un programme de visa malaisien​ révisé pour attirer les étrangers

En réponse aux questions‍ de CNA, la société de conseil en immobilier Johor KGV International a déclaré que l’assouplissement des conditions indiquait que le gouvernement cherchait ‌à être plus ⁤”flexible, pratique, ⁢convivial et ciblé” dans sa stratégie pour⁣ attirer les étrangers à vivre en Malaisie.

La déclaration, ⁣co-écrite par le directeur exécutif de la société, Samuel Tan, ⁢et le responsable ⁢de la recherche, Tan ⁤Wee Tiam, a‌ déclaré que l’ancien montant du dépôt à terme de 1 million de⁣ RM était un “seuil⁣ minimum irréalistement élevé” et⁢ a également salué les catégories à trois niveaux du nouveau⁣ système, offrant aux demandeurs une flexibilité.

“Élargir la classification et abaisser la barre permet à la⁣ Malaisie de cibler un groupe plus ⁤diversifié ⁤de candidats au MM2H”, a écrit KGV International.

Alter Domus a‌ déclaré ⁢à CNA que le dépôt fixe minimum de 500 000 RM pour le niveau argent était un ​”seuil gérable” pour⁣ de nombreux ⁣demandeurs intéressés qui l’ont‌ contacté pour demander des informations.

La société a également ajouté que, outre les riches, d’autres candidats potentiels sont des retraités et des professionnels cherchant une base de coûts plus basse, des parents à la recherche d’un pays offrant un bon⁢ système éducatif à ⁤un​ coût relativement plus⁣ bas, des hommes d’affaires à la ⁣recherche de nouvelles opportunités, notamment dans des secteurs promus tels que les véhicules électriques,⁢ la ⁤technologie verte, l’intelligence artificielle, la⁤ gestion de fonds, la logistique, etc.

Des préoccupations concernant l’obtention du statut de ⁤résident‌ permanent

Le problème du MM2H a également fait ⁢la une ⁣des journaux ⁣locaux ⁢cette semaine, suite aux commentaires de la députée de l’opposition Mas Ermieyati Samsudin, ⁣qui s’est interrogée⁤ sur la manière dont, selon les nouvelles conditions, ceux‌ qui postulent dans la catégorie​ platine seraient ⁢éligibles au statut de résident‍ permanent.

Le président du Comité des comptes publics a ajouté que cela faciliterait le processus pour les riches d’obtenir ⁣la résidence permanente⁢ en Malaisie et que‍ cela pourrait conduire‍ à un⁣ “déversement d’étrangers”.

Cela a‍ conduit le ministre du Tourisme à dire⁣ que ses commentaires étaient séditieux et perturbaient l’harmonie multiraciale de la nation.

Il a précisé que le programme MM2H était ouvert aux candidats du‍ monde entier et qu’ils devraient tous, quelle que soit leur nationalité, remplir les ‍conditions de ⁣la catégorie platine avant de se voir accorder la résidence permanente en​ Malaisie.

TEG a souligné que l’annonce indiquait simplement que les ‌titulaires de la catégorie platine étaient éligibles au statut⁣ de résident permanent mais ne le recevaient pas automatiquement.

Il a‌ ajouté que le ministère de l’Intérieur et la police​ effectueraient généralement un examen ⁣approfondi du blanchiment d’argent sur les demandeurs du MM2H.

Un expert économique malaisien a déclaré à CNA que la Malaisie accusait un retard par rapport à ses voisins comme Singapour pour devenir une⁢ destination idéale pour⁢ les étrangers, malgré son coût de la vie beaucoup⁤ plus bas.

Il a donc souligné que la Malaisie devrait accueillir favorablement les candidats de différentes nationalités, plutôt que⁢ d’adopter une approche trop discernante.

La société de conseil en immobilier KGV International a déclaré à CNA qu’un afflux d’étrangers via le programme MM2H entraînerait⁣ des “multiplicateurs économiques positifs” pour le⁢ pays.

“Les participants au MM2H réussis sont autorisés à acheter des propriétés à des prix minimums allant de 500 000 RM à⁣ 1,5 million RM selon le niveau. Cela crée une nouvelle demande de biens résidentiels.

“En‍ même temps, ils dépenseront de l’argent dans l’éducation, le tourisme, les soins de santé, les⁣ dépenses quotidiennes, les divertissements, ⁣les investissements, etc. Tout cela créera des⁤ retombées supplémentaires sur l’économie”, a déclaré la société.

En réponse ⁤aux préoccupations concernant la facilité‍ d’obtention du statut de résident ⁤permanent, KGV International a souligné ⁢qu’elle était convaincue que le gouvernement fixerait certains seuils sur les quotas maximums ⁣de demandes de MM2H​ qui seront approuvées pour maintenir une “dynamique globale”.

“Nous devons comprendre que les résidents permanents ne sont pas éligibles pour​ voter. Ainsi, le gouvernement doit s’assurer⁢ que les⁤ demandeurs du MM2H remplissent les conditions requises⁣ pour obtenir la résidence permanente ​en Malaisie”, a-t-elle ajouté.

La Malaisie assouplit les règles pour le visa de résidence à la retraite, mais l’annonce morcelée dissuade‌ les étrangers fortunés

Le ‌gouvernement malaisien a ‌récemment annoncé des changements dans les‌ règles pour le visa de résidence à la retraite, dans le but d’attirer davantage de retraités étrangers fortunés. Cependant, cette annonce ‍morcelée a eu pour effet de dissuader les étrangers fortunés⁤ de postuler pour ce visa.

Les nouvelles règles, qui devaient entrer‌ en vigueur le 1er janvier 2022, ont été accueillies​ avec scepticisme par les étrangers fortunés ⁢qui envisageaient de s’installer en ⁣Malaisie. Certains ont exprimé leur préoccupation quant à la clarté et‍ à la cohérence des ⁢nouvelles règles,⁤ ce qui a⁤ entraîné une baisse du nombre de demandes de visa de résidence à la retraite.

Le ministère de l’Intérieur a tenté de rassurer les étrangers fortunés en soulignant que les changements apportés aux règles visa ne remettaient pas en‌ cause la souveraineté du pays. “La question de la souveraineté ne se pose ‌pas”, a-t-il ajouté.

Derniers articles
Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici