10.5 C
Paris
mercredi, février 28, 2024

La Chine, un pays riche, ne peut plus se plaindre de sa pauvreté climatique.

La Chine a connu l’une des⁢ transformations les plus remarquables de l’histoire humaine. Lors de la ⁢première grande conférence sur le changement‍ climatique à⁢ Rio de ​Janeiro en ⁣1992, la Chine était l’un ‌des pays les moins développés. ⁣Son revenu‌ par habitant était inférieur à celui ‌d’Haïti, du⁢ Niger et du Pakistan. Le secteur de l’exportation était plus petit ​que celui de la Suède ou de ​l’Autriche, et ses aéroports enregistraient moins de départs que la Norvège. Ses émissions ne représentaient que 12% du total mondial et, en termes de capitaux, elle ne figurait ⁢même pas parmi ⁤les 50 principaux émetteurs. En 1985, la Chine produisait moins d’électricité que⁤ le Canada et moins d’acier que l’Allemagne de l’Ouest et de l’Est.

Aujourd’hui, ‌la Chine devrait produire la moitié de l’acier et du charbon mondial cette année, et émettre plus de carbone que tous les pays développés réunis. Même en tenant compte de ⁣sa population, elle consomme​ désormais ​plus d’énergie et génère plus de pollution par habitant que ‌la plupart des pays d’Europe occidentale. Les‍ visiteurs de ses villes étincelantes découvrent un pays ‍dont ⁤les​ équipements rivalisent avec ceux des nations les plus riches. Les routes, ⁣les ⁤chemins⁢ de fer, ‍les installations électriques, les bâtiments publics ⁤et autres infrastructures de la Chine représentent désormais un stock de capital public par habitant plus riche que ⁣celui de l’Australie, de l’Espagne ou‌ du Royaume-Uni.

Une mesure cruciale pourrait bientôt ⁢basculer. Lorsque la Chine ​a rejoint⁢ l’Organisation mondiale du commerce en 2001,⁢ elle était ‌à peine en dehors de la catégorie des pays à faible revenu, ​une catégorie que la Banque mondiale réserve ⁢aux pays​ les moins développés.⁤ Cela ⁢a donné un ‌poids considérable à l’affirmation ‌selon laquelle ‍ses émissions devaient être exemptées – qu’elle devait, dans le langage de‍ la ⁣diplomatie climatique encore cité aujourd’hui, bénéficier de “responsabilités communes mais différenciées”. ⁢La ⁣croissance rapide par rapport au reste du ⁤monde depuis la pandémie de COVID-19 signifie qu’elle suit ‌de près ⁢la ligne ‌de démarcation‍ que la Banque mondiale‍ utilise‌ pour séparer les pays à revenu élevé‌ des⁢ pays à revenu intermédiaire​ supérieur. Une faible inflation et un taux de change stable pourraient la faire passer au-dessus de ce niveau en ⁢quelques mois.

Sur le plan économique, cela constituerait⁢ l’une des ‍transformations les ⁤plus remarquables de l’histoire humaine,⁣ et‍ cela⁣ se produit‍ des décennies plus⁣ tôt que prévu. La même année que la conférence ⁢de Rio, l’ancien dirigeant Deng Xiaoping avait déclaré que ce serait “une réalisation extraordinaire” si la Chine parvenait à‍ atteindre ⁣le statut de pays modérément développé d’ici 2049.

Derniers articles
Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici